30 avril 2009

A vaincre sans périls on triomphe sans gloire

Comme vous avez pu le constater chers lecteurs fantômes, je ne suis plus très présente sur mon blog ni sur la toile d'ailleurs, à l'exception de ce qui concerne mes bidouillages.

En fait, pour être tout à fait honnête avec vous (je le suis avec moi autant que faire se peut et que mon inconscient torturé m'en laisse latitude) j'ai de plus en plus de mal à communiquer avec autrui.

Plus j'écoute, plus je lis, et plus je constate l'apparente aisance des autres à vivre, et cela me renvoie cruellement au visage mes propres difficultés.

Je ne supporte plus d'entendre des "bats-toi" et autres phrases toutes faites de la part de personnes n'ayant pas traversé 1/100ème de ce que j'ai vécu.

Je ne peux plus lire les récits de voyage en Asie, le mariage fastueux ou l'achat d'une maison avec 4 chambres ....

Je n'en suis pas fière du tout, ma réaction est très loin de l'humaniste magnanime que j'aimerais être mais c'est ainsi.

Je n'arrive plus à me réjouir pour autrui, je ne ressens que colère, injustice et jalousie.... pour ces raisons, pour éviter des clashs et des discussions qui pourraient mal finir, je préfere ne plus parler.

Posté par _gael à 15:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur A vaincre sans périls on triomphe sans gloire

    je comprends ce que tu veux exprimer car je ressens les mêmes choses que toi même si nous n'avons pas vécu les mêmes choses

    Posté par pierre, 02 mai 2009 à 18:22 | | Répondre
  • j'aimerai beaucoup avoir quelque chose d'intelligent ou d'utile à te dire... A défaut je me contenterai de te dire que j'espère que tu auras envie d'accepter mon amitié. Bon courage et mille bisous.

    Posté par belle-soeur, 02 mai 2009 à 20:32 | | Répondre
  • Comme Pierre, comme "belle soeur", je me sens un peu désarçonnée face à ta détresse et comprends bien ce que tu ressens pour l'avoir vécu ou le vivre encore aussi parfois. La vie est ainsi faite; pleine de remous, de calme plat, et puis encore de tsunami, c'est en perpétuel mouvement.
    Mais il arrive aussi, où il ya de chouettes moments, non ? si, si, ne dis pas le contraire! je l'ai lu sur ton blog
    bises du Sud

    Posté par soleilpassant, 05 mai 2009 à 14:19 | | Répondre
  • Il faut te dire que le bonheur ne passe pas (que) par des choses matérielles, et que ceux que tu jalouses ne sont pas heureux pour autant. Et qui te dis que ces mêmes personnes n'ont pas galéré avant d'arriver où elles en sont? Tu devrais savoir que quand on le veut vraiment, qu'on fait absolument tout ce qui est en notre pouvoir, qu'on accepte d'être aidé et qu'on reste ouvert au monde on peut essayer d'atteindre ses objectifs sans être sorti de la cuisse de Jupiter!
    A chaque problème il existe une solution, c'est ce que je me dis chaque jour, et il ne faut pas toujours compter sur les autres pour nous l'apporter, on n'est jamais mieux servi que par soi-même! Tiens regarde, je ne trouvais pas de boulot, eh bien je crée mon propre boulot! Ca n'est pas simple, c'est sans garantie, je peux me planter, mais au moins j'aurai essayé!

    Posté par CarrieB, 13 mai 2009 à 10:33 | | Répondre
  • chère Carrie : je sais très bien que le bonheur ne passe pas QUE par des choses materielles, mais les gens dont je parle sont très heureux autour. Je ne "jalouse" pas les gens qui ont bossé comme des fous pour se payer le voyage de leur rêve ou leur maison, pour laquelle ils ont tout sacrifié. J'ai beaucoup plus de mal avec ceux pour qui les chose ont "toujours" été faciles,et qui justement pensent qu'il suffit de "vouloir" pour "pouvoir" (je ne dis pas que c'est ton cas, je ne me permettrai pas, dans la mesure où je ne connais pas ta vie ).

    j'ai beaucoup de mal avec cette notion de "volonté" car elle insinue que ceux qui n'y arrivent pas sont vélleitaires.

    Il ne viendrait à l'idée de personne de dire à 1 personne atteinte de cécité : "si tu le voulais, tu pourrais voir .... "

    Je me rends bien compte de mon incapacité à affronter la vie, j'en souffre beaucoup, j'en ai honte, c'est 1 cercle vicieux mais c'est ainsi.
    Il existe des moments dans la vie où il est "aisé" de savoir comment agir et dans quelle direction, car ces situations sont connues, codifiées, reconnues ( réussir 1 examen, déménager, chercher du travail etc....). D'autres (angoisses massives, traumatismes violents, enfance très difficile, maladies graves etc...) pour lesquelles les moyens de résilience sont beaucoup plus obscurs.
    Je suis prise dans 1 système de pensée et de réactions dont je suis prisonnière, j'ai une part de responsabilité dedans, c'est indiscutable.
    Il n'empeche que certaines reflexions , doutes et malveillances à mon propos me font beaucoup de mal.
    Je suis certaine comme toi que l'on doit d'abord compter sur soi-même .... mais comment faire lorsque l'on est la plupart du temps, justement un ennemi pour soi-même ?

    Je fais mon possible pour "faire avancer le schmilblick" . De manière concrète, mon chéri est parti la semaine dernière à Lyon chercher du travail car nous n'en trouvons pas ici. Nous le rejoindrons mi juillet, dans 10 semaines.

    Depuis la naissance de mon fils, en 2000, nous avons demenagé lui et moi 5 fois ..... Je quitte 1 ville que j'adore et plus encore des gens auxquels je suis très attachée... mais je vais le faire car aller là-bas est, je le pense, 1 opportunité à ne pas laisser passer, d'aller vers 1 mieux être. Comme toi, je n'ai aucune certitude, mais j'essaye car, malgré tout, je reste optimiste
    je t'embrasse

    Posté par gaël, 13 mai 2009 à 22:23 | | Répondre
  • Moi non plus jsuis pas très présente en ce moment mais pour d'autre raisons... et puis j'trouvais rien d'intéressant à raconter... BREF

    J'espère que je te renverrais jamais cette mauvaise image que tu as de toi.

    et je comprends ta réaction qui en fait tout à fait humaine... moi par exemple, j'ai du mal à me réjouir pour les couples heureux parce que j'ai jamais eu cette chance la!

    Je t'embrasse fort fort fort

    Posté par Lili, 25 mai 2009 à 23:35 | | Répondre
Nouveau commentaire